Prêts aux Indépendants

Crédit et microcrédit : les différences à connaître

De Antoine Brissy le 23juillet, 2021

Vous souhaitez recevoir nos articles?

Ne rate aucun article

Retourner à la page principale
Antoine Brissy

Acquisition @ Mansa

Vous n’avez plus accès au crédit classique ? Vous avez pourtant besoin de trouver un financement pour l’achat d’un véhicule professionnel ? Voilà des situations de la vie qui peuvent être handicapantes. Examinons pourquoi le microcrédit peut vous aider. Conditions d’octroi, montants, taux, garanties et modalités d’obtention, ce sont autant de caractéristiques à connaître pour différencier crédit et microcrédit.

Comment définir le microcrédit ?

Le micro crédit est apparu au Bangladesh dans les années soixante-dix, sous l’égide de Muhammad Yunus. Le but était de lutter contre la pauvreté, et de permettre l’accès au financement pour les plus démunis, souvent victimes d’exclusion par les banques.

À qui est destiné le microcrédit ?

En France, le microcrédit s’est développé, notamment sous l’impulsion de Babyloan. Merci à son fondateur Arnaud Poissonnier, adepte du crédit solidaire. Il est aujourd’hui encadré par la loi. Ce sont les articles R518-57 à R518-62 du Code monétaire et financier, qui le réglementent. Il est conçu pour apporter une solution aux populations exclues des crédits classiques, afin de les aider à s’autonomiser ou à sortir de la misère.

Peuvent ainsi bénéficier de ce type de financement :

  • les personnes à faibles revenus (minima sociaux comme le RSA) ou les chômeurs ; 
  • les salariés précaires (intérimaires ou contrats à durée déterminée) ;
  • les interdits bancaires inscrits au Fichier Central des Chèques (FCC), sous réserve de l’accord de la Banque de France ; 
  • les individus mentionnés au fichier national des incidents de remboursement (microcrédit FICP) ;
  • Les personnes ayant essuyé un refus bancaire, du fait de critères comme le niveau de ressources ou les garanties.

Que finance le microcrédit personnel ?

Il est destiné à financer un projet personnel en vue d’une meilleure insertion sociale ou situation professionnelle. Ainsi, acquérir ou faire réparer un véhicule pour rendre possible un retour à l’emploi est tout à fait désigné pour le micro-crédit social ou personnel. Citons aussi le permis de conduire ou une formation.

Que finance le microcrédit professionnel ?

Vous envisagez de créer, racheter ou consolider une entreprise artisanale ou commerciale et vous n’avez pas pu obtenir de fonds bancaires ? Le microcrédit professionnel est tout indiqué dans ce cas de figure.

 

Quelles sont les caractéristiques propres au micro crédit ?

Le montant moyen

C’est clairement un des points qui différencie crédit et microcrédit. Les montants prêtés sont peu élevés, de 300 euros à 5 000 euros maximum. Les bénéficiaires présentent souvent des revenus limités, donc de faibles capacités de remboursement. Mieux vaut alors modérer le recours à l’emprunt. Exceptionnellement, le microcrédit professionnel peut atteindre un montant de 10 000 euros.

Le taux d’intérêt

Le taux d’intérêt d’un crédit rémunère l’organisme prêteur pour la trésorerie immobilisée et sa prise de risque. Le microcrédit doit s’opérer à un taux compétitif, entre 1,5 % et 4 %. Notez aussi l’absence de frais de dossier.

La durée de remboursement

Une des caractéristiques de ce type d’emprunt par rapport aux formules classiques est sa durée courte, voire très courte. Vous remboursez sur six mois à quatre ans, mais bien souvent ces prêts ne dépassent pas les 3 ans.

Les garanties

Pour parer au fait que beaucoup de bénéficiaires potentiels du microcrédit ne sont pas en mesure d’apporter de garanties, un système public a été mis en place. C’est le FCS ou Fonds de Cohésion Sociale. Géré depuis 2020 par la BPI, ce fonds garantit jusqu’à 50 % des encours de microcrédit professionnel et personnel. Pour y recourir, l’emprunteur doit toutefois se faire accompagner par un organisme habilité.

Les justificatifs à produire

Quel que soit le montant demandé, comme pour tout emprunt, afin de permettre l’étude de votre dossier par l’organisme prêteur, vous produisez les documents attestant vos ressources. Vous démontrez aussi que votre niveau de charges ne vous autorise pas à autofinancer votre projet. Enfin, vous fournissez un justificatif, comme un devis du bien que vous souhaitez acquérir ou de la formation que vous désirez suivre.

Crédit et microcrédit : quelles sont les différences pour effectuer une demande ?

Le dépôt de la demande de microcrédit

Contrairement à un crédit classique, les organismes prêteurs ne sont pas en relation directe avec les demandeurs. Adressez-vous pour vos démarches, à un organisme agréé. Véritable intermédiaire, il apporte son aide pour préparer votre dossier de financement et pour examiner les mensualités, ainsi que votre capacité de remboursement.

Voici les services d’accompagnement social habilités :

  • Pour les microcrédits personnels, les régies de quartier, les maisons pour l’emploi, les centres communaux d’action sociale (CCAS), la Caisse d’allocations familiales, le Secours catholique, etc.
  • Pour les microcrédits professionnels, les réseaux d’aide à la création d’entreprise comme l’association ADIE, France Active ou France Initiative Réseau.

Les établissements bancaires dans le processus de microcrédit

Les organismes prêteurs agréés par le Fonds de Cohésion sociale (FCS) reçoivent les dossiers de demande de microcrédit et les étudient. Notons aussi que l’ADIE, Association pour le Droit à l’Initiative Économique, possède la licence bancaire et peut dans ce cadre, octroyer le prêt elle-même, en sus de sa mission d’accompagnement. Enfin, de nombreux établissements vous permettent d’obtenir le microcrédit en ligne. L’emprunteur peut revenir sur son consentement en exerçant son droit de rétractation. C’est autorisé pendant 14 jours après la signature du contrat avec une banque.

Le micro crédit a une vocation d’insertion sociale et professionnelle. Les conditions d’accès sont facilitées, n’hésitez pas à vous renseigner sur les démarches auprès des services habilités à vous épauler.

 

Faire une simulation non engageante

Vous souhaitez découvrir nos articles et bon-plans en exclusivité ?