Se lancer en freelance ne demande aucun capital. Mais, vous devez connaître les frais rattachés au statut de freelance et les financements qui s’offrent à vous.

Faut-il avoir du capital pour se lancer en freelance ? La réponse

Combien faut-il pour créer une entreprise freelance ? Peut-on se lancer sans rien, ou faut-il un capital de départ ? Si vous vous posez ces questions, vous avez probablement envie de devenir freelance, mais vous avez aussi un peu peur des coûts que cela implique. Cependant, vous n’avez besoin d’aucun capital pour vous lancer. Seulement de votre savoir-faire et de votre motivation ! Par contre, cela ne signifie pas que les freelances n’ont pas de frais à leur charge. Il faut donc les connaître, pour démarrer son activité en toute quiétude.

Prendre conscience des charges du freelance avant de se lancer

Les frais de création d‘entreprise

Vous devez commencer par déclarer votre statut auprès de l’URSAFF. Le statut de micro-entrepreneur est souvent privilégié chez les freelances, car les démarches sont simples. Un freelance pourra donc créer sa micro-entreprise gratuitement. Mais si vous choisissez un autre statut, voici les coûts annexes :

  • Immatriculation : 41,5 € pour déposer votre demande auprès du greffe.
  • Publication légale : entre 150 et 350 € selon les départements.
  • Capital social : minimum de 1 € pour créer votre société.

Le matériel et les frais de fonctionnement d’un freelance

Si vous avez de la chance (ou que vous êtes prévoyant), vous possédez peut-être déjà le matériel nécessaire à votre activité : un appareil photo, un ordinateur puissant, une tablette graphique, etc. Sinon, vous allez devoir faire quelques investissements avant de vous lancer comme freelance :

  • le matériel informatique ;
  • le matériel divers (papier, encre, agenda, etc.) ;
  • les logiciels (pour la photo, le graphisme, la comptabilité, etc.) ;
  • l’espace de coworking si vous ne souhaitez pas travailler depuis chez vous ;
  • le forfait téléphonique et la ligne Internet, indispensables à la prospection client ;
  • la location d’un local si besoin ;
  • la mutuelle ;
  • l’assurance responsabilité civile ;
  • etc.

Les frais et charges à venir

Qui dit être freelance dit avoir une entreprise. Et qui dit chiffre d’affaires dit impôts et taxes. Vous devez prendre en compte ces montants pour calculer le minimum horaire dont vous avez besoin pour couvrir vos frais fixes (loyers, factures, nourriture, taxes, etc.). Par exemple, vous devrez payer 28 % d’impôt sur vos bénéfices et 46 % de vos revenus en cotisations sociales. Heureusement, en tant que micro-entrepreneur, vous pouvez bénéficier de l’ACRE (Aide aux Créateurs et Repreneurs d’Entreprise) pour être exonéré de cotisations sociales sur 12 mois. Cela vous permet de vous lancer comme freelance sans être tout de suite impacté par le paiement des cotisations et charges. Vous pourrez ensuite choisir de les payer mensuellement ou trimestriellement.

Jouer la sécurité avec une épargne de précaution

Vous n’avez donc pas besoin de capital pour vous lancer en freelance. Vous pouvez démarrer du jour au lendemain gratuitement, dans la mesure où vous choisissez le statut de micro-entrepreneur. C’est la liberté, mais cela peut aussi faire peur. Il peut donc être rassurant d’avoir un capital de départ permettant de couvrir vos 3 prochains mois en termes de dépenses quotidiennes. Ainsi, si vous n’arrivez pas à trouver de clients immédiatement, vous avez le temps de voir venir. De plus, le stress psychologique que serait la peur de manque d’argent ne vous ferait aucun bien, et pourrait même nuire à vos résultats professionnels sur le court terme.

Demander une aide financière à la création d’entreprise

Sachez que des plateformes de crédit en ligne comme Mansa sont spécialisées dans le prêt de lancement pour indépendant. Grâce à un simple formulaire, vous pouvez faire la demande d’un prêt professionnel jusqu’à 10 000 € pour vous lancer en freelance. Si vous n’avez pas de capital, mais que vous avez besoin de trésorerie ou que vous souhaitez simplement vous construire un fonds de sécurité, c’est la solution idéale pour vous ! Nous communiquons en toute transparence, et il n’y a aucun frais caché. Notre plateforme finance déjà beaucoup de freelances, que ce soit pour des prêts personnels ou des besoins de trésorerie professionnelle.
Le crédit pour travailleur indépendant et freelance est donc facilité par des organismes comme Mansa, qui soutiennent les entrepreneurs dans tous leurs projets professionnels !